Retour au tarot divinatoire

IV- L’empereur

Description

C’est le pendant de l’impératrice. Présenter de profil sur la carte, l’empereur est l’un des arcanes majeurs du tarot. Il représente un homme d’âge mûr assis sur son trône avec l’effigie d’un aigle aux ailes déployées apposée dessus. Il tient dans sa main droite un sceptre doré symbolisant le pouvoir et l’autorité. Sa tête est surmontée d’une couronne royale. Son chiffre est 4, symbole du feu, de l’eau, de la terre et du ciel.

carte l'empereur

Signification

L’empereur représente l’autorité, le pouvoir, l’action et la domination sur le monde matériel par le sceptre qu’il tient. En croisant son pied droit au-dessus de son pied gauche, le monarque exprime sa volonté de faire passer son devoir de souverain avant ses désirs personnels. C’est l’expression de son pragmatisme et de sa capacité à se lancer dans de grandes réalisations. C’est une personne conquérante et équilibrée dans ses actions. Il inspire la loyauté, la justice et la rigueur.

Importance

Dominant la matière, l’empereur est la carte de la réussite, de l’acquis, de la stabilité et de la constance qui confère la confiance et exprime une maitrise de soi inébranlable. Il inspire le respect de tous et une position élevée dans la société. Il sait s’entourer de personnes importantes pour diriger ses actions.

Attributs

La carte de l’empereur fait référence à la stabilité, la maitrise et la puissance sur le matériel. Ces qualités confèrent aux personnes sous son autorité, un sentiment de protection. S’il était un époux, il serait dominant, constant, protecteur et bienveillant ; un père, intransigeant, rigoureux et aimant ; un frère, loyal et défenseur. Dans les relations professionnelles, ses qualités imposent beaucoup de travail à ses collaborateurs car il demande toujours plus d’implication et de dépassement de soi ce qui ne l’éloigne alors plus d’un tyran. D’ailleurs, la lame de l’empereur tirée à l’envers se présente comme le signe d’un dominateur violent qui n’accepte pas les opinions contraires à sa volonté. Il devient donc peu réceptif au changement surtout lorsqu’il s’est assis dans ses habitudes.